Hand (français)

Extraits audio

Le groupe:  Marc Osborne, vocal, guitare / Tony Angier, guitare, guitare 12 cordes / Theresa Berens, vocal/ Jean-Jacques Gauer, guitare 12 cordes, guitare / Nick Zoullas, harmonica / Sergio Franzi, basse, guitare / Frank-Olivier Hay, piano, orgue.

Chansons composées par Marc Osborne et Tony Angier, sauf « Seven Sad Sisters » et « Why Can’t You Hate Me », par Marc Osborne et Jean-Jacques Gauer,  « Stay In Town », par Marc Osborne.

« Hand », qui signifie « Main », nous a semblé à l’époque le nom parfait pour un groupe rock constitué de jeunes amis lycéens. Après tout, nous utilisions nos mains pour jouer de nos instruments, pour poser des questions dans les salles de classe, pour tourner les pages de nos journaux, romans ou livres de poésie, pour tenir nos stylos (ceux-là mêmes qui ont servi à écrire les paroles et les musiques de nos chansons), pour poser le bras de la platine sur les disques que nous dévorions, pour exprimer nos sentiments, qu’ils soient doux ou fâchés, ou pour lever un verre à une jeunesse en pleine explosion florale!

Nous formions ensemble un amalgame de styles, de tempéraments et de nationalités: Nord et Sud-Américains, Suisses, Rhodésienne, Italo-Israélien. Chacun de nous apportant ses sources à une rivière, qui se gonflait de sonorités pluriculturelles. Nous parlions de nombreuses langues, dont l’anglais, le français, l’allemand, le suisse-allemand, l’italien, l’hébreu et l’espagnol.

Nous écoutions avec ferveur la musique du monde, englobant le folk anglais et américain, la country et le Blues, la pop européenne et anglo-saxonne, la Samba et le Rock, si bien que le tout, ajouté à la variété de nos sensibilités individuelles, a créé notre « son » propre.

La plupart d’entre nous étaient autodidactes, et nous les utilisions avec du coeur, en y introduisant subtilement une couleur mélancolique, transgressant parfois les règles harmoniques et rythmiques, parce que nous n’avions pas trouvé un moyen meilleur pour forger une identité musicale qui  englobe et reflète le panachage que nous incarnions.

The Band at Geneva Airport
The Band At Geneva Airport
 

Tout comme les groupes que nous admirions, nous nous efforcions de « sonner » comme nos héros musicaux, mais le résultat final nous a fait ressembler à nous-mêmes. Nous avons été guidés par notre curiosité, notre intuition et une confiance totale l’un dans l’autre. Bon an mal an, ce qui aurait pu n’être qu’un désordre chaotique de différences est devenu un ensemble harmonieux et symbiotique.

« Everybody’s Own » est un disque qui conserve sa fraîcheur quarante ans après sa parution en 1972, et même si c’est indéniablement un produit de son époque, il reste néanmoins hors d’âge, reflétant entre autres les tendances musicales de son temps, mais sans s’y confiner.

Cette magie s’explique en partie par le fait que ce disque est resté unique, jamais suivi d’un autre qui aurait pu modifier ou altérer sa spontanéité. Une telle fraîcheur est rare après tans d’années, et l’absence de disponibilité sur le marché du vinyle a contribué à en faire un mythe. A l’écoute aujourd’hui, « Everybody’s Own » tient ses promesses.

Aujourd’hui, la musique de Hand est disponible sur le net, et grâce à la collaboration entre Evasion, producteur original, et Golden Pavilion Records, une réédition du LP vinyle de « Everybody’s Own » est prévue pour l’automne 2012.     Marc Osborne, 1er mai 2012.



Everybody’s Own

1. The Load

2. Leaves

3. Time Will Change Your Season

4. Chubby’s Song

5. Levy’s Lullaby

6. Shifting Lead

7. I Drive

8. Who

9. Dying Ground

10. Seven Sad Sisters

11. Autumn Calling

12. Everybody’s Own

Marc Osborne

1. Stay In Town

2. Why Can’t You Hate Me