Buzzi-Schaefer

Extraits audio

En 1975, Michel Buzzi représentait la Suisse au festival de la chanson francophone de Spa en Belgique. Simultanément, il composait suffisamment de chansons pour réaliser un album, son premier album, qu’il vint proposer à la compagnie Evasion dont j’étais co-fondateur et responsable de production.

concert-renens buzzi
Concert

C’est début 1976 que j’entendais pour la première fois Michel Buzzi, arrivé par un temps maussade, enfoncé dans le col relevé d’un grand manteau Loden vert olive.

Dès les premiers arpèges de guitares, je compris que j’allais aimer ce drôle de personnage et sa musique, qui n’était pas sans rappeler l’artiste américain que j’écoutais le plus à ce moment-là: James Taylor était tombé dans ses oreilles et dans sa guitare!

Après écoute attentive de toutes ses chansons et de nombreuses discussions préalables, nous décidâmes de collaborer pour la réalisation de ce premier disque et nous mîmes rapidement au travail de préparation.

C’est alors que je fus à mon tour sélectionné pour représenter la Suisse à Spa, et comme je ne tenais pas à y être accompagné par le grand orchestre de Jo Carlier, excellent d’ailleurs, mais très peu teinté de country-rock, j’avais choisi de m’y produire seul à la guitare. J’étais sûr ainsi de rester dans mon style, mais certain aussi que l’amoureux des groupes que je suis allait terriblement s’ennuyer sur scène; et l’idée géniale me vint: je demandais à Michel s’il voulait bien m’y accompagner de son amitié, de sa guitare et de ses harmonies vocales.

Sans la moindre hésitation, il accepta, se réjouissant même de retourner dans ce sympathique festival. L’originalité de notre prestation fut remarquée, et je repartais avec le prix de la ville de Spa en poche, prix qui récompense la meilleure chanson inédite; c’était « Elle n’a peut-être pas 15 ans ».

De retour en Suisse, les propositions de passer dans les petits théâtres ne se firent pas attendre, mais mon répertoire ne dépassait guère 10 à 15 chansons, pas de quoi tenir un spectacle.

buzzi-scha-c
Parfois sérieux même!

Comme Michel songeait lui aussi à se mettre à tourner, notre réponse fût de proposer un spectacle collectif, avec Michel accompagné par Gaston pour la moitié, et Gaston accompagné par Michel pour l’autre, idée très bien reçue, qui s’avéra très appréciée dès les premiers concerts.

L’expérience dura jusqu’à fin 1980, avec une cadence des représentations croissante, qui passa des festivals comme le Gurten ou Paléo, aux petits théâtres, et jusqu’à la Franco Fête de Liège, qui fut suivie d’une tournée en Belgique.

repetition-accordage
Répétition à la maison

50 concerts la dernière année, et à la demande incessante de notre public, un album commun réalisé à la manière de ce que nous faisions sur scène, c’est à dire sans band électrique avec batterie et tout, en direct et en duo acoustique, juste soutenu dans quelques titres par Léon Francioli à la basse, qui avait fait une semaine au théâtre des Faux-Nez avec nous, et Alain Monney à la guitare et aux harmonies vocales, alors membre du groupe genevois Padygros.

Avec les photos qui accompagnent cette page, « D’un commun accord » est aujourd’hui tout ce qui reste de cette « association » qui fut notre idée de base, mais qui devint très vite considérée comme un duo dont le nom usuel était Buzzi-Schaefer.

De belles années d’une formule musicale qui fut pour moi la plus agréable à vivre; par son effectif réduit d’une part, nous assurions à deux notre transport, notre sonorisation et notre éclairage, par l’amitié qui présidait nos répétitions et nos concerts, par l’humour spontané qui se dégageait de nos « conversations » scéniques, et par les pannes sèches en rase campagne et en pleine nuit de la voiture de Michel, qui m’assurait qu’elle consommait si peu qu’il garantissait l’aller et retour à notre concert au fin fond du Jura.

Je ne sais pas si Michel en a eu ras le bol de mes colères dans ces moments-là, mais il décida brusquement de ne plus faire de concerts. Ce fut pour moi une raison  suffisante pour que je n’aie plus envie de chanter en public, sachant que je retrouverai plus cette magie et ce pur plaisir.

Voir les vidéos de Michel Buzzi & Gaston Schaefer

Ecouter sur Deezer
Acheter sur iTunes